L’EMDR : une thérapie à partir de mouvements des yeux pour guérir les traumatismes 

Cette technique fut mise au point il y a une trentaine d’années par une psychologue américaine : Francine Shapiro.Cette méthode, basée sur des mouvements des yeux apaise, et soigne les patients souffrant de troubles de stress post-traumatique.
Depuis l’efficacité de l’EMDR* traduit en français par : Désensibilisation et retraitement des informations à l’aide de mouvements oculaires a régulièrement été prouvée par des études scientifiques.
Pour faire simple, l’EMDR permet de traiter les souvenirs qui ont été traumatisants pour la personne.

 

En quelque sorte, cette thérapie permet de « ranger » l’information dans la bonne zone du cerveau. 

Lors d’une expérience traumatisante, il y a une altération cognitive dans le cerveau : la victime relie cette expérience a une cognition négative d’elle-même. L’évènement non « digéré » amène la personne à avoir une croyance négative d’elle-même. Cette croyance enfouie dans l’inconscient se réveille à chaque stimulation dans le présent à la façon d’un élastique reliant la personne sans cesse à cette expérience négative. 

La parole libère mais ne suffit pas à se libérer d’un traumatisme

Dans son livre :  « Le corps n’oublie rien » le psychiatre américain Bessel van der Kolk,  explique que le corps garde les traces émotionnelles du traumatisme. 
Il explique l’importance de pouvoir exprimer son ressenti lors d’une thérapie classique utilisant la parole, en revanche qu’elle est rarement suffisante pour se libérer du traumatisme lui-même.
La parole permet de mettre des mots sur les maux ressentis, de comprendre ce que l’on ressent. En revanche la compréhension intellectuelle d’un mal-être ne fait pas disparaitre ce mal-être physique et émotionnel.


Dans son cerveau la personne ne fait en quelque sorte plus de différence entre le passé et le présent : quand le traumatisme date de l’enfance ou qu’il est enfoui, le corps garde des réflexes automatiques liés à la mémoire du corps. Comme si à nouveau de façon inconsciente, à la façon d’un élastique le corps va réagir à une stimulation présente lui rappelant l’épisode traumatique. Le corps garde l’empreinte de l’évènement traumatique empêchant la personne de vivre pleinement le moment présent. Au même titre que le cerveau réagit aux diverses sensations de froid, de faim ou encore de fatigue du corps, il réagit aux traces d’un traumatisme. 

Une personne victime de viol dans son enfance peut ne rien ressentir dans sa vie sexuelle d’adulte : le corps envahi de sensations effrayantes envoie un signal au cerveau pour qu’il éteigne sa capacité à ressentir.
La personne se dissocie d’elle-même : elle rompt la connexion corps-esprit.

exemple de dissociation, la personne montre la photo d'elle même-Marie Duval sophrologue

Comment se déroule une séance d’EMDR : 

Durant une séance d’EMDR le thérapeute fait effectuer au patient  des mouvements des yeux allant de droite à gauche afin de stimuler le côté droit et le côté gauche du cerveau.
On reproduit artificiellement les mouvements que font nos yeux derrière nos paupières lors de nos rêves.
Parfois la stimulation peut être effectuée par des sons, des « bip » qui parviennent d’une oreille à l’autre ou des tapotements alternés sur les genoux.
Lorsque le thérapeute arrête les stimulations bilatérales alternées, la personne décrit alors ses émotions et ses pensées sans chercher à les analyser.

Le travail en EMDR permet de « nettoyer » les traces émotionnelles laissées par le traumatisme. Cette thérapie agit sur l’inconscient pour couper définitivement les élastiques qui nous relient aux évènements difficiles.
Des souvenirs douloureux peuvent ressurgir, le praticien aide le patient à décoder les cognitions négatives qu’il a intégré lors de l’évènement. 

Après plusieurs séances, les sujets font rapidement le constat que leurs souvenirs ne sont plus traumatisants : l’EMDR leur ayant permis d’en alléger la charge émotionnelle. 

Le travail est terminé lorsqu’il y a neutralisation émotionnelle du souvenir et que le patient est parvenu à la reprogrammation de cognitions positives.

L’EMDR ou La métaphore de la pelote de laine :

Tels des nœuds dans une pelote de laine, le traumatisme empêche la personne de bien vivre le moment présent.
Par les stimulations bilatérales alternées, le praticien aide le patient à dénouer nœud après nœud sa pelote puis à rembobiner  une pelote harmonieuse afin que se déroule le fil de sa vie de façon plus fluide et plus légère. La personne peut enfin se réaliser, libérée de ses blocages intérieurs. 

Pelotes de laine colorée-Marie Duval sophrologue

Combien faut-il de séances d’EMDR ?

Des recherches ont  mis en lumière la rapidité avec laquelle les traumatismes étaient soignés grâce à cette thérapie : en moyenne 80 % des patients avec un traumatisme simple sont soignés après 3 à 8 séances. Chaque séance dure environ 1 heure.

A savoir :

L’EMDR est reconnu par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) comme un des 2 traitements efficaces lors d’un stress post-traumatique, d’un stress aigu ou d’un deuil.
Cette technique peut aussi être utilisée dans le cas de phobies, de dépression, d’anxiété, d’addiction. 

Pour en savoir plus, lire également l’article précédent: Stress post-traumatique: ses effets sur le corps et le cerveau

A suivre prochain article : La sophrologie en complément de l’EMDR dans le traitement du stress post-traumatique.